Sports

Comment les Warriors ont-ils obtenu Donte DiVincenzo et que leur apporte-t-il ?

[ad_1]

Bob Myers a mis en garde contre une éventuelle limite salariale, un seuil financier indéfini où Joe Lacob dirait finalement non. Ce feu rouge est venu la première nuit de libre arbitre. Les Golden State Warriors ont laissé Gary Payton II marcher. Ils lui ont offert le niveau intermédiaire des contribuables, qui s’élève à 6,4 millions de dollars. Il a reçu au nord de 8 millions de dollars de Portland, plus une année supplémentaire sur un accord incitatif.

La différence de pénalité fiscale – environ 15 millions de dollars supplémentaires dans l’immédiat, beaucoup plus dans le cadre d’un accord à plus long terme – a fait reculer Lacob et les Warriors. Ça en a piqué plusieurs dans l’organisation, par sources. Ils avaient trouvé Payton et avaient appris non seulement à aimer la personne, mais aussi à comprendre la valeur de ses compétences uniques. Cela s’est traduit par gagner. Pour la première fois, ils n’avaient pas réussi à retenir l’un des leurs en raison d’une réticence à répondre à une demande financière.

Cela a augmenté l’urgence du front-office avant le deuxième jour de l’agence libre. Les Warriors devaient clouer Kevon Looney et trouver un chemin vers la récupération par rotation pour compenser la perte de Payton. Ils avaient initialement prévu son retour.

Looney a été scellé en début d’après-midi. Les derniers détails d’un contrat de 25,5 millions de dollars sur trois ans ont été réglés à Los Angeles. C’est une bonne affaire pour les Warriors dans un marché qui, selon eux, n’inonderait pas la direction de Looney. Ils ramènent le centre de départ d’une équipe titre pour un salaire de départ de 7,8 millions de dollars la saison prochaine, nettement moins que ce qu’Ivica Zubac et Marvin Bagley viennent de recevoir. De plus, la troisième année de l’accord de Looney n’a qu’une garantie partielle de 3 millions de dollars, créant un niveau supplémentaire de flexibilité si James Wiseman apparaît.

Le nombre raisonnable de Looney contenait suffisamment la facture fiscale pour que les Warriors se sentent à l’aise d’utiliser une partie de leur contribuable de niveau intermédiaire pour rechercher un remplaçant pour le départ de Payton. Leur principale cible dans cette fourchette, selon les sources, était Donte DiVincenzo, qui était censé avoir des offres assises pour l’ensemble des contribuables de niveau intermédiaire ailleurs.

C’était un peu trop raide pour les Warriors. Ils ont toujours l’intention de recruter le choix de deuxième tour Ryan Rollins, un garde combo, et ont besoin d’une partie de ce niveau intermédiaire pour le signer pour un contrat pluriannuel. Leur offre finale à DiVincenzo était donc une promesse de don de 9,3 millions de dollars sur deux ans avec une option de joueur lors de cette deuxième saison. La première saison coûte 4,5 millions de dollars.

L’option joueur est la clé du côté de DiVincenzo. Il a une chance d’entrer dans un environnement gagnant, de jouer dans une course éliminatoire probable et de ressusciter un début de carrière qui semblait autrefois destiné à un plus gros salaire. S’il le fait lors de sa première saison avec les Warriors, il peut revenir directement sur le marché des agences libres. S’il ne le fait pas, il est protégé par une option de joueur de deuxième année d’une valeur de 4,8 millions de dollars. Cette flexibilité et l’attrait de l’éclat des Warriors ont suffi à le convaincre d’en prendre un peu moins.

Le marché est imprévisible. Il y a une semaine, il n’y avait aucune raison de croire que les Warriors auraient besoin de chasser DiVincenzo et, même si Payton partait, qu’il serait une option de remplacement disponible. Les Kings ont opté pour DiVincenzo plutôt que deux choix de deuxième tour dans le commerce de Bagley à la dernière échéance. Il devait être un agent libre restreint. L’hypothèse était que Sacramento avait l’intention de le retenir. L’équipe avait essayé de l’acquérir pendant des années.

Mais les Kings ont détourné leurs plans, annulé son offre de qualification de 6,6 millions de dollars et rapidement signé Malik Monk le jour de l’ouverture de l’agence libre et échangé contre Kevin Huerter. Cela a laissé DiVincenzo comme agent libre sans restriction dans un marché qui ne prévoyait pas nécessairement sa disponibilité. “Il a été pressé”, a déclaré une source.

Cela l’a donc laissé dans la fourchette de prix des Warriors et, sans Payton, ils ont bondi, il a accepté et plusieurs décideurs des Warriors poussaient un soupir de soulagement vendredi soir, associant le retour de Looney à l’arrivée de DiVincenzo, solidifiant le milieu de leur rotation projetée.

Qu’est-ce que les Warriors obtiennent à DiVincenzo? Ils espèrent que c’est la version pré-blessure de ses jours à Milwaukee. DiVincenzo a cherché un contrat plus important avant de se déchirer un ligament au pied lors d’une série éliminatoire de premier tour en 2021 contre le Miami Heat. Il a raté six mois et avait l’air un peu limité et rouillé à son retour éventuel en décembre dernier. Les Bucks, ne voulant pas faire face à une agence libre restreinte délicate et ayant besoin de profondeur intérieure, l’ont échangé contre Serge Ibaka dans un échange à quatre équipes à cette dernière échéance qui l’a amené à Sacramento.

Les chiffres de DiVincenzo se sont améliorés avec les Kings. Il avait l’air en meilleure santé. Ses minutes, points, rebonds, passes décisives, interceptions et pourcentages de buts sur le terrain sont tous revenus à sa forme d’avant la blessure. Mais les Kings l’ont gardé comme joueur de banc au cours des dernières semaines, malgré une place de départ disponible. Cela a été considéré, en raison d’un déclencheur de critères de démarrage, comme une décision de maintenir son offre de qualification à quelques millions de moins, modifiant ainsi son marché. C’était une préface à une rupture improbable avec les Kings qui a conduit à sa disponibilité pour les Warriors.

Profils DiVincenzo en remplacement des minutes Payton. La formation de départ des Warriors et le meilleur joueur de banc sont définis. Voici leur top six : Steph Curry, Klay Thompson, Andrew Wiggins, Draymond Green, Kevon Looney et Jordan Poole. Mais DiVincenzo est le joueur le plus établi dans ce mélange de septième, huitième et neuvième homme, vraisemblablement rejoint par Moses Moody et Jonathan Kuminga, entrant dans des rôles plus importants.

DiVincenzo n’est pas Payton en tant que défenseur du périmètre. Peu de personnes au monde pouvaient égaler la capacité perturbatrice de Payton. DiVincenzo n’est pas aussi long, latéralement rapide ou rebondissant. Payton a mené la NBA en interceptions toutes les 36 minutes, a reçu la mission de Ja Morant dans une série éliminatoire et a bloqué Nikola Jokic à trois reprises la saison dernière. DiVincenzo ne fera rien de tout cela.

Mais il peut tenir le coup du côté défensif. Il mesure 6 pieds 4 pouces avec une envergure de 6 pieds 6 pouces. Il pèse 200 livres, se déplace bien pour sa taille et a grandi dans le programme Villanova, connu pour produire des joueurs intelligents qui fonctionnent bien dans les systèmes offensifs et défensifs du plus haut niveau.

Au cours de ses 25 matchs avec les Kings, DiVincenzo a été le principal défenseur du ballhandler dans 84 scénarios de pick-and-roll, par Synergy. Les adversaires n’ont marqué que 78 points dans ces scénarios. C’est un clip très respectable. Il ne changera pas de taille et restera régulièrement avec les plus grands buteurs d’ailes de la ligue, mais il peut glisser avec des meneurs, des gardiens et même des ailiers.

Regardez-le ici en restant devant Poole et en forçant une violation de la zone arrière après avoir repoussé son dribble.

DiVincenzo a également affronté les Warriors début janvier, peu de temps après son retour de blessure. Milwaukee l’avait fait garder Poole cette nuit-là. C’est le type de buteur de même taille qu’il affronte le mieux défensivement. Ici, il crée un vol avec une déviation mains levées et une autre possession où il suit Poole à travers deux écrans hauts et obtient un concours solide sur un 3 raté.

Encore une fois, DiVincenzo n’est pas un défenseur de périmètre aussi spectaculaire que Payton. Les Warriors ont perdu toute chance à ce niveau de dynamisme lorsque la hausse des impôts est devenue trop importante pour leur appétit et ils l’ont laissé marcher jusqu’à Portland. C’est une décision qui pourrait les hanter. Mais DiVincenzo est le meilleur plan de sauvegarde qui existait pour le prix sanctionné. Il devrait bien fonctionner dans le système défensif des Warriors, tout en s’intégrant offensivement.

Payton était une menace de lob rare dans un corps de la taille d’un garde. Les Warriors ont trouvé des moyens de l’utiliser comme cribleur élevé, bousillant les plans de jeu de l’adversaire et provoquant toutes sortes de confusion. Payton était un athlète électrique qui a ouvert ses poches et amélioré son jeu de transition.

DiVincenzo est différent. Il ne frappe pas avec autant de force ou n’exerce pas de pression sur la jante que Payton. Mais il tire mieux, espace le sol plus large et peut aller chercher son tir plus efficacement que Payton, qui ne l’a jamais fait.

Les Warriors ne demanderont pas et ne devraient pas demander à DiVincenzo d’opérer à partir du pick-and-roll. Il a été inefficace dans ses 80 possessions de ce type pour les Kings, par Synergie, menant à seulement 47 points. Ces opportunités seront laissées à Curry, Poole et même Wiggins. Mais il a au moins la capacité dans un scénario d’horloge tardive. Et ce n’est pas seulement en tant que buteur. DiVincenzo a récolté 89 passes décisives en 25 matchs avec les Kings. Il peut le passer. Vérifiez cette trouvaille créative.

La possession de 92 points de DiVincenzo pour les Kings a mené à 100 points, un nombre d’efficacité qui se situe dans le 71e centile de la ligue. La meilleure saison de DiVincenzo était sa troisième saison. Il a réalisé 93 de ses 244 catch-and-shoot 3, un clip de 38,1%. Au cours de ces 25 matchs avec les Kings, à nouveau en bonne santé, il est allé 46 sur 109 au catch-and-shoot 3s. C’est une marque encore meilleure de 42,2 %.

Parce qu’il s’agit apparemment d’une séance de cinéma sur le thème de Poole, DiVincenzo, revenons à ce jeu Kings-Warriors en avril. DiVincenzo commence la possession en bas de l’écran. Poole le garde. Davion Mitchell conduit à gauche et Poole décide de coller dans la peinture et de montrer un corps supplémentaire à Mitchell. DiVincenzo coupe intelligemment à travers la voie, s’évase vers l’aile droite et cloue un catch-and-shoot 3, punissant Poole pour l’erreur.

Ici, il coupe le ballon pour un lay-up. Ce sens de la cour sera nécessaire avec les Warriors.

Au cours de cette troisième saison en petits groupes, DiVincenzo a récolté en moyenne 5,8 rebonds en 27,5 minutes par match. C’est un gros morceau à la position de garde combo. Wiggins, avant une série éliminatoire époustouflante sur la vitre, n’a jamais été en moyenne supérieure à 5,2 au cours d’une saison régulière de sa carrière. Thompson n’a jamais fait plus de 3,9 en moyenne en une saison. C’est une partie du jeu complet de DiVincenzo qui profitera à une petite équipe de Warriors qui doit rebondir.

DiVincenzo n’est pas le parfait acteur. Si on lui demande d’en faire trop offensivement, il est inefficace. Dans un schéma de commutation, il est un peu trop petit pour faire confiance à certains des géants de la ligue. Le départ de Payton prive les Warriors d’une certaine polyvalence dans l’alignement. Mais ils avaient besoin d’un septième ou huitième homme dans la tranche intermédiaire des contribuables qui réponde à un besoin. DiVincenzo fournit cela et, à cause de cela, les Warriors étaient prêts à utiliser une partie du contribuable de niveau intermédiaire pour garantir ses services.

(Photo de Donte DiVincenzo : Darren Yamashita / USA Today)

.

[ad_2]
Source link

Nice Health